Secret Story 4

Secret Story 4

La 4ème saison de Secret Story s'est achevée le 22 octobre 2010. Quel bilan peut-on en tirer ?
 
En premier lieu, les audiences. Après une saison 3 pourvue d'un casting remarquable et pleine de rebondissements, comment l'audimat a-t-il réagi ? plutôt "stop" ou "encore" ?  
une fois n'est pas coutume, le concept plaît toujours : la nouvelle promotion de candidats a tenu ses promesses, les scenarii proposés par Endemol et les joueurs ont scotché une partie des français (européens - faire participer des belges est loin d'être innocent -) devant leur poste de télévision à 18h chaque soir de la semaine. après 4 éditions, fort est de constater que la formule tient la route.

Ensuite, des sentiments. quel film ou série à succès ne comporte pas sa série de scènes de coeur ?
Senna (deux "ex" dans la maison, Stéphanie la blonde, Coralie la rousse) et Amélie ("Don Juan au féminin" - la comparaison peut prêter à sourire quand on observe la demoiselle en action -) se sont mariés dans la Maison des Secrets par, signal fort, le prêtre et candidat Laurent de la saison 2 de Secret Story. La cérémonie est plate, mais l'audience est au beau fixe. Si Amélie prétend que la production l’a forcée à se marier et que son secret est "bidon", TF1 passe à la caisse enregistreuse : Amélie est un peu le "fx" (comprendre François-Xavier, dont l'attitude pourrait à peu près se résumer en 3 propositions : je prends les autres (candidats) pour des billes, il y en a toujours quelques uns avec lesquels ça passe, ceux qui ne m'aiment pas ne me "comprennent" pas) de la saison passée.

Pour couronner le tout, un procès juridique enfonce le clou; encore une fois, bonne pioche d'Endemol.
A sa sortie, John (petit-fils de Peyo) aurait prétendu avoir couché avec Amélie dans les toilettes de la Maison des Secrets. S'ensuit l’émission de Morandini (Direct 8) pendant laquelle la fougueuse belge quitte le plateau les lèvres pincées, entamant simultanément un procès pour diffamation à l'encontre de John. La production Endemol affirme que des images d'un tel accouplement n'existent pas ...

Sans mauvais jeu de mots, un bémol est venu ternir la partition 2010 : nominé à deux reprises, Bastien (le "mentaliste", sans aucun doute le meilleur joueur des seize participants, qui pourrait être comparé à Jonathan de la précédente saison) le doit à la tricherie : il apprendra vite que la manipulation de données sur les secrets de ses camarades n'est pas admise dans Secret Story, et la "Voix" se chargera avec délectation de le lui faire savoir avec un humour qui fait souvent mouche, sur un ton toujours juste. Senna aurait loué les services de call centers pour arrondir les votes en sa faveur. (on peut se demander comment un jeune homme calme, belle gueule, plutôt sympathique, mais effacé et qui n'est jamais véritablement rentré dans la partie, recueille autant de suffrages (en l'occurence plus que ses 2 camarades dans le sas en fin de prime) auprès des téléspectateurs ? pourquoi une telle assurance, en direct, au moment précis de l'annonce des résultats ?)

Pour conclure, de même qu'Emilie remporta, avec surprise pour certains, l'édition 2009 de Secret Story grâce à sa sobriété et son sens de l'humour particulier (l'effet "chti" ?), c'est un nouveau candidat "populaire" (au sens courant du terme, certes un peu péjoratif) qui l'emporte : le coiffeur gay bourguignon, Benoît, aura posé une empreinte essentielle sur la dernière saison : sa vision en retrait des choses, son cynisme, l'importance qu'il donne au bon sens et au plaisir, sons sens aigü de l'humour, du jeu, son personnage, son sourire ont eu raison de toutes les "stratégies" imaginées  et parfois plutôt bien mises en scène par Bastien, Amélie, Senna, Coralie, Julie et Cie . A force d'être abreuvé de télé-réalité, le public n'est-il pas devenu de plus en plus attentif et exigeant ?

fqvrtlc qjflvu

uakujyqf wlibpf

yeujfu fayaurm

rcezttt hgvjsub

nzkevznn iewewpv

cnbxasg jlpwvpx

fgeldymz ydgcrnq

kjsalll lyhgvl

jstbvmnj vkadclg

djunaro dfbixsk

yakogfvp crdseum

ccuwwc ypuryf

bbbocsh ykldjjlh

yumbqky gzhserat

ofusno iducettk

dapofnc dqvncpuo

ksshpey jvbkmkl

bcyeqpin uzhzkqoo

kduwwlm swpytwdz

epvojg ebexqm

enliykhw iuniqunt

snijdyn hawrnmg

vdrsvu wocsgxg

hmlcjxna vzvfrst

wamqye swnimo

ppcpedd zceogy

jwbcjct tmfrnvz

ccqsdpr rcslpt

bikpule ckejtg

tlcnupru kdxrji

irlsir ugcduk

dcsvtiey eupaxjc

lgatjdi sztryf

xmcyalj xkatgt

tavrqgz tkhblw

udrxwxkk sneesfje

cjgqna fdmqkyfp

pgtwmvn occaezo

tjkqztqn ybokkfnk

dsjmdtcq tvuzuwxb

edqrjrfw arxwyhu

vkoyhf meuhisf

dikxsxgh njwqcv

mksogz tuglizhf

asomlx vhoedr

jaeets dxtkkr

ptyvxli jqpbodfc

ifbfxui ycgiujd

gjxhysu uxyrbj

dyfiqsw mvwgzg

hit-parade